Episode: Journal en français facile du 14/02/2016 - 20h00 TU


RFI - Journal en français facile 20H TU Logo
Subscribe
Journal en français facile du 14/02/2016 - 20h00 TU
Adrien DELGRANGE : Vous êtes à l'écoute de Radio France Internationale, merci, il est tout juste 20h en TU, 21h à Paris et Bangui, 15h Washington. ............................................ AD : Et Guillaume Cordeaux est à côté de moi pour vous présenter en direct ce journal en français facile, bonsoir Guillaume! Guillaume Cordeaux : Bonsoir Adrien, Bonsoir à tous! AD : Bienvenue à toutes et à tous, à la Une de l'actualité internationale du dimanche 14 février 2016: GC : Les Centrafricains ont voté ce dimanche pour élire leur nouveau chef d'état, les 2 millions d'électeurs ont eu le choix entre les deux anciens Premiers ministres, la mobilisation des électeurs a été faible. AD : Haïti un nouveau président depuis aujourd'hui! Il s’appelle Jocelerme Privert, et jusqu’ici il était le président du Sénat. Sa mission principale est d’organiser des élections présidentielles, explications dans un instant. GC : Aux Etats-Unis, le remplacement d'un juge de la cour suprême décédé hier devient un enjeu politique, Démocrates d'un côté, Républicains de l'autre veulent chacun choisir le remplaçant d'Antonin Scalia. AD : Et puis l'expression de la semaine, ce soir Yvan Amar, s'appuiera sur actualité présidentielle centre africaine pour nous expliquer l'expression "Homme du sérail". GC : Jour de vote aujourd'hui en Centre-Afrique ce dimanche, 2e tour des élections présidentielles entre 2 ténors de la politique. AD : Tous les deux anciens premiers ministres, tous les 2 âgés de 58 ans, Anicet Georges Dologuélé ou Faustin Archange Touadéra, l'un des 2 sera le prochain président de la République Centre Africaine. Le futur chef d'état de ce pays d'environ 5 millions d'habitants aura notamment pour mission de sortir le pays de trois ans de violences intercommunautaires. Mais au vue des premières indications, la mobilisation des centrafricains pour voter aujourd'hui a plutôt été faible. A Bangui, nous retrouvons Matéo Guidoux. Les bureaux de vote ferment petit à petit ici à Bangui et dans les provinces. Certains vont prolonger les opérations car ils ont ouvert avec un peu de retard, mais rien de comparable avec premier tour où les gens avaient continué à voter jusqu'à tard dans la nuit. Tout c'est plutôt bien passé, tous les votes se sont déroulés dans le calme, Pas de violences, le matériel électoral a été acheminé quasiment partout dans les provinces. Ce qui pousse le chef de l'ONU ici en Centrafrique à dire que ces élections ont été un tournant pour le pays. Le seul point d'interrogation: il concerne l'affluence. Les bureaux sont restés désespérément vides toute l'après-midi. J'en ai parcouru plusieurs et tous les chefs de bureaux avaient le même discours: ils n'ont quasiment vu personne. Les gens sont venus voter très tôt le matin, puis et bien, ça a été au compte-goutte. Pour l'instant, aucun chiffres précis concernant le taux de participation Le dépouillement va commencer dès ce soir et se prolonger dans les jours à venir. Aucune date n'est avancée par l'autorité nationale des élections quant à la publication des résultats provisoires. Le résultat définitif, ils ne devraient pas être connus avant début mars. GC : Nous partons à Haïti maintenant, ce pays d'un peu de 10 millions d'habitants des grandes Antilles, a finalement un nouveau président depuis aujourd'hui. AD : Et ce nouveau chef d'état s'appelle: Jocelerme Privert, et il était jusqu’à présent le président du Sénat. Ce sont d’ailleurs les parlementaires qui l’ont élu aujourd'hui. Le but de cette élection? C'est de remédier, de combler le vide du pouvoir après l'échec de la dernière élection présidentielle - Haïti n'avait pas de président car le second tour avait été reporté pour cause de forts soupçons de fraudes sur le premier tour, c'était le 25 octobre 2015. Du coup, la principale mission de ce nouveau président est d'organiser dans les 120 jours un 2e tour. Retour d'abord sur l'élection aujourd'hui de Jocelerme Privert pour diriger Haïti, avec vous: Christophe PAGET Il aura fallu deux tours de scrutin lors de cette séance extraordinaire du Parlement retransmise en direct à la télévision pour élire le président intérimaire. Ce sera donc Jocelerme Privert, on l'a apprisvers 3h30du matin heure locale. Il récolte les votes de 64 députés sur 92, et de 13 des 22 sénateurs présents. Il affrontait un ancien président du sénat, Edgar Leblanc, ainsi qu'un troisième candidat Dejean Belizaire - pour qui seuls deux députés ont voté. Jocelerme Privert hérite donc d'une lourde tâche : achever le processus électoral qui s’était retrouvé dans l’impasse le mois dernier. Le premier tour avait été selon la commission d’évaluation électorale entaché d’irrégularité. Peu à peu tout le monde avait abandonné l’idée d’un second tour dans ces conditions sauf le candidat du pouvoir et celui qui était alors président Michel Martelly, qui a fini par reporter ce scrutin sine die devant les menaces de violences. Jocelerme Privert va devoir préparer le second tour de la présidentielle et celui des législatives partielles en moins de quatre mois. Difficile, d’autant que neuf des membres du Conseil électoral provisoire, en charge de l’organisation des scrutins, ont démissionné – et former un nouveau conseil électoral a toujours été source de tensions entre l'opposition et l'exécutif. Il y a aussi la question de l'argent : ce processus électoral toujours en cours a déjà coûté 100 millions de dollars, financé pour l’essentiel par la communauté internationale. AD : Christophe Paget au sujet de l'élection aujourd'hui de Jocelerme Privert à la tête d'Haïti, les prochaines élections devrait avoir lieule 24 avril 2016. GC : Aux Etats Unis, c'est une bataille politique féroce, impitoyable qui se prépare après la mort ce samedi d'Antonin Scalia, l'un des 9 juges de la Cour suprême. AD : Dès hier soir, le démocrate Barack Obama a déclaré qu'il voulait se dépêcher pour trouver un successeur, un remplaçant à ce magistrat qui fut l'une des grandes figures conservatrices de la Cour suprême: la cour suprême est le plus haute juridiction des Etats-Unis. Mais les Républicains, qui s'opposent aux démocrates, sont majoritaires au Congrès, sont bien décidés à bloquer la procédure jusqu'à la prochaine présidentielle aux Etats Unis. Ecoutez les précisions sur ce sujet de Daniel Vallot. Il n'aura fallu attendre que quelques heures après l'annonce de la disparition d'Antonin Scallia, pour que la polémique éclate.... D'un côté les démocrates assurent que Barack Obama a parfaitement le droit de nommer un Juge à la Cour suprême, même s'il est arrivé à la fin de son mandat. De l'autre les républicains estiment au contraire que le peuple américain doit avoir son mot à dire dans le choix du prochain juge, et que cette nomination devra donc revenir au Président qui sera désigné à la fin de l'année. La bataille entre républicains et démocrates, cette bataille s'annonce d'autant plus féroce que c'est la couleur politique de la Cour suprême qui est en jeu. En effet, avec la disparition d'Anton Scallia, il y a désormais d'un côté quatre juge conservateurs, et de l'autre quatre juges progressistes au sein de la Cour suprême. Si Barack Obama parvient à ses fins, la Cour suprême basculera à gauche. A l'inverse, si la nomination est reportée, et si les républicains remportent l'élection présidentielle, la Cour suprême restera dans le camp conservateur. L'enjeu est d'autant plus grand que la Cour suprême doit se prononcer prochainement, sur des questions de société qui divisent profondément les Etats Unis, à commencer par le droit à l'avortement AD: Merci Daniel Vallot SB : Et comme tous les dimanches soir nous nous intéressons à l'expression de la semaine choisit par Yvan Amar. AD : En l'occurrence, Yvan Amar, vous vous appuyez aujourd'hui sur l'actualité Centre Africaine pour nous définir "l'expression de la semaine" à savoir: "Homme du sérail". Anicet Georges Dologuélé et Faustin Archange Touadéra, deux anciens premiers ministres de république Centrafricaine se sont affrontés toute cette journée. Affrontés dans les urnes en tout cas: c'est-à-dire que c’était les deux candidats à l’élection présidentielle. Des adversaires politiques donc, différents, et en même temps on pouvait entendre sur RFI que ce sont deux hommes du sérail. Expression pas si courante que ça qui veut dire que tous les deux viennent du monde politique, qu’ils le connaissent. Ils sont familiers par exemple des habitudes, des pièges, des codes. Ce ne sont nullement des débutants. Mais l’expression va plus loin que ça: c’est presque comme s’ils avaient fait toute leur carrière dans ce milieu, comme s’ils étaient imprégnés de son histoire. Donc on se doute qu’ils ne feront pas de maladresses comme s’ils manquaient d’expérience. Et ce peut être le cas de la part de ceux qui arrivent comme on dit de la société civile, qui sont de simples citoyens, intéressés par la politique, mais pas du tout politiciens professionnels. Est comme s’ils avaient été élevésdans ce cadre? Presque! Et on se souvient du vers de Racine bien connu: «Nourri dans le sérail, j’en connais les détours». Sauf que dans cet exemple, sérail est pris dans son sens propre. Il désigne un milieu, social, ou professionnel, souvent politique au sens figuré. Et au sens littéral ce mot qui vient du persan est à peu près synonyme de harem: il s’agit de la partie du palais où vivent les femmes du Sultan. Et évidemment, on se le représente facilement comme un lieu d’intrigues, de clans, où l’on veut s’attirer les faveurs du maître, où on lutte contre ses rivales: la politique au petit pied, la cour dans ce qu’elle a de mesquin d’hypocrite et d’opportuniste. Et bien sûr il y a une idée très machiste lorsqu’on pense qu’une assemblée de femmes, soumises au caprice d’une seul mâle, peuvent se déchirer pour avoir la vedette. Alors lorsqu’aujourd’hui on parle d’une personne du sérail, ce n’est pas aussi péjoratif, mais on pense à celui ou celle qui saura déjouer les croche-pieds qu’on peut lui faire. AD: C’est la fin du journal en français facile. Merci de l'avoir écouté. A bientôt. =

RFI - Journal en français facile 20H TU
Users who viewed this episode also viewed...

RFI - Journal en français facile 20H TU > Journal en français facile du 30/11/2015 - 20h00 TU

SB : la COP21 a donc ouvert ses portes ce lundi, au Bourget, dans le nord de Paris. Une conférence qui a débuté par les déclarations d'intention des chefs d'Etat et de gouvernement. PL : Cette conférence est un "immense espoir que nous n'avons pas le droit de décevoir", ce sont les mots du président français François Hollande...

RFI - Journal en français facile 20H TU > Journal en français facile du 04/09/2015 - 20h00 TU

SB : Et on commence par cette image très impressionnante : plusieurs centaines de migrants qui sont partis à pied de la gare de Budapest, pour rejoindre l'Autriche RA : Et cette scène montre bien la gravité de la crise des migrants. Ils sont plus de 50.000 à être arrivés en Hongrie au mois d'août...

RFI - Journal en français facile 20H TU > Journal en français facile du 05/03/2016 - 20h00 TU

Adrien DELGRANGE : Vous êtes à l'écoute de Radio France Internationale, merci, il est tout juste 20h en TU, 21h à Paris. ............................................ AD : Content de vous retrouver et c'est Céline Pellarin qui m'accompagne ce soir pour vous présenter en direct ce journal en français facile, bonsoir Céline? Céline Pellarin : Bonsoir Adrien, Bonsoir à tous! Adrien : A la une de l'actualité internationale de ce samedi 5 mars 2016: - En Turquie, à Istanbul, affrontements aujourd'hui entre la police et la population qui veut défendre le journal ZAMAN...
Comments (0)

Login or Sign up to leave a comment.

Log in
Sign up

Be the first to comment.